Videogame mythologies
du 11 mars
au 9 décembre 2012
Maison d’Ailleurs
Yverdon-les-Bains

Espaces imaginaires / Imaginary Spaces

Jeux d’échecs / Chess Sets

Jeux historiques / Historical Games

Archeology of Fun

Au premier abord, les jeux vidéo paraissent instituer une coupure radicale avec les jeux de plateau traditionnels. L’interface informatique et l’omniprésence d’un écran semblent en effet impossibles à concilier avec le jeu en solitaire ou la réunion d’individus interagissant les uns avec les autres autour d’une table. Et pourtant…

… et pourtant, les jeux traditionnels ont aussi des règles de jeu, créent aussi des topographies spécifiques, nous permettent aussi d’éprouver des émotions physiques plus ou moins intenses selon notre degré d’immersion dans le jeu et peuvent aussi interférer avec notre quo- tidien (difficulté de quitter une partie, etc.). En ce sens, et en y réfléchissant bien, les jeux vidéo continuent la grande histoire des jeux, c’est-à-dire qu’ils s’y inscrivent tout en s’en distanciant – tout comme les jeux de l’oie ou les jeux de rôle qui, eux aussi, à la fois appartiennent à une tradition ludique et s’en démarquent en raison de leur spécificité. Cette section possède une double vocation.

En exposant dans l’Espace Jules Verne des représentations d’espaces imaginaires et des jeux historiques répartis en méta-catégories, nous souhaitons montrer que la pratique vidéoludique est déjà contenue, en puissance, dans celle, ludique, qui l’a précédée. Puis, dans la salle des Pulps, c’est aux variations esthétiques d’un jeu en particulier – les échecs – que nous souhaitions vous sensibiliser : les couvertures de roman et les jeux d’échecs («physiques», «électroniques» et «vidéo») illustrent parfaitement l’impossibilité de séparer jeux vidéo et jeux traditionnels.